Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2010

je...

J’ai mangé de la terre.

J’ai bu l’eau du ciel.

Je, n’est plus.

Abandonné au coin d’une rue.

Et si vous dites

Que mes paroles sont folles,

Que tout ça n’est pas réel,

Un matin je me naitrai arc-en-ciel,

Et vous saurez que c’est vous

Qui êtes fous et irréels !

Car je suis ma mère, la terre.

Car je suis mon père, le ciel.

07:38 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2009

concession.

Sur la toile de non-vie,

J’ai semé grains de désordre,

Scandé soif de mordre,

Apprivoisé en silence mes envies.


Sur la toile de non-vie

J’ai cueilli un amour, une amie,

Des étoiles de lumière,

Pétillantes d’eau claire.


Nacre et politesses,

J'ai replié les on-dits

Dentelles de pardons,

Mes derniers atours.


Sur l’horizon de mes jours,

J’ai construit forteresse,

Amour en concession,

Tamtam souffle de vie.


Sur l’horizon de mes jours,

Tu danses et entrelaces

Arc-en-ciel à mes yeux.

Tectec vu de face.


Et d'abandons en résistances

L'amour en conscience,

Aux chants d'oiseaux concédés,

Berce, berce la vie entêtée...

 

 

06:53 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2009

la vie.

Petite fille épépinée,

Aux ailes broyées

Dans un bocal de verre.


Goute d’or enflammée,

Aux vérités perdues

Dans du plomb malaxé.


Oiseau contre-note,

Arabesque suspendue

Dans un ciel béant.


Et ta main sur mon ventre,

Dérive éclatante,

Puise sève et racines

... la vie.

09:28 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

01/07/2009

l'oiseau.

Au creux de la vague-tourment,

L’oiseau berce son chant.

Alourdi d’or et d’écume,

A ses ailes il allume

Clair fanal de l’aube.

 

Au feu de la lave-volcan,

L’oiseau blesse son chant.

Epure inaccessible et fière,

De son bec il lacère

La colère du monde.

 

A la source-ferveur d’un flamboyant,

L’oiseau offre son chant.

A mon front chancelant

De mes doigts tremblants

Il signe promesse d’eau vive.


Par sa liberté, sa fierté d’être,

L’oiseau est devenu sa quête.

Et il chante ! Toujours !

Et mon regard se laboure

En espoir de son amour.

04:47 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2009

vivre.

Un jour qui s’ouvre, page blanche.

Mots en pleins et déliés.

Déliés de certitudes, déliés du vouloir.

Mots dessinés.

Justes dessinés en filigrane

Au bord du qu’est-ce-que vivre.



Si toujours tu mets

Un oiseau à mes yeux levés,

Un sourire entendu

A la feuille qui se tend,

Aujourd’hui et Demain

Pour laver le passé,

Deux âmes assoiffées

Baignées de parfum.

Si tu mets tout cela, Bon Dieu,

Sur la trame de mes jours,

Qu'est-ce que vivre...

Cette aube qui trille,

Graine de tamarin,

S'entêtant en pointillés verts.

Le chant de ta terre!

 

04:57 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

19/12/2008

le ciel a mis sa robe de fête

Le ciel a mis sa robe de fête

Et l’orchestre est prêt.

Sans tambours ni trompettes,

En dedans, il est prêt !

Et chante la Vie

De mille gosiers réunis.

Bulles de mots,

Envolés de mon coco.

Nuages en feu d’artifice immaculé

Dansent sur tapis bleu.

Sans complexe, en ponctuation parfaite,

Cardinal, rouge enflammé.

Le ciel est à la fête,

Fallait juste lever les yeux

Pour renaître à ma patrie.

Heu... Ma matrie ?

Non! Sourire suffit !

04:29 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (2)

06/12/2008

dans la forêt ...

Dans la forêt des Lianes
Symphonie de cascade.
Souffle coupé de lumière vive.
Mon Dieu !

La lune ruisselle dans sa robe de brume.
Alors il recueille du bout de ses doigts
Les mots filant en perles sur mes joues.
Mon Dieu !

Poisson cru, letchis grains de miel,
Quadrille tissé de ciel bleu,
Silence de feu.
Mon Dieu !

Mon Dieu !

 

20:13 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2008

j'ai cherché.

J’ai cherché jacinthes d’eau

Pour y laver mon drôle de coco.

C’est comme ça que j’ai plongé.

 

J’ai cherché champ de jonquilles

Pour arracher de mes yeux les escarbilles.

C’est comme ça que je me suis fêlée.

 

Je lui ai montré mon cœur abîmé,

Pour me dire vraie en entier.

C’est comme ça que je l’ai blessé.

 

Souffle frais, nuages irisés,

Le ciel dans le soir agenouillé

A guéri toutes mes plaies.

 

Viens, étincelle de mon cœur,

Le mur enfante une source.

Elle murmure le bonheur.

 

p.s. : sont  un peu trop impudiques mes mots ce matin! hum... ben, désolée pour vos yeux, c'est qu'ils servent à me déshabiller l'âme de ses épluchures fânées pour goûter en plein et à nue le souffle de la vie qui va. :-))

08:37 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2008

ruisseau.

ruisseau.JPG

Ses gouttes déliées,

Echo-sourire à mon âme troublée.

Et se lissent mes ans

A l’infini de son chant.

 

Ses mots douceur-vermeil,

Perles explosant mes écueils.

Et s’égraine ma vie,

En ritournelle, en frénésie.

 

Son cœur lame d’or,

Ecrin à ma quête d’aurore.

Et se tisse mon silence

Au pollen ivre de nos danses.

04:39 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

07/11/2008

paille en queue

paille en queue.JPG

J’entre en résonance dans le matin qui chante.

Diluée, fondue, atomes éparpillés.

Herbe et ciel mêlés, ma seule patrie.

Le reste, bordure du monde,

Cils à mes yeux effarés.

 

 

Paille en queue filant le vent.

Le plus vrai des poèmes.



03:11 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (1)

17/10/2008

partir.

Je suis sortie de mon coco.

J’ai bien fermé la porte derrière moi.

Laissé rampes évanescentes et combles sombres.

Et je me suis assise là, pierre roussie à l’ombre de ses bras.

E.E.G. plat.

Ce matin, je vais suivre l’aile du papillon.

Elle m’appelle.

03:54 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2008

et ce fût toi...

Le seul luxe de briller au matin qui éclot

L’ombre douce de tes lèvres sur ma peau.

Silence en effraction dans la rafale des jours.

Enchâssée de lumière qui file infini,

Je goûte larmes-pluie,

Âme vrillée au sourire de la vie.

J’ai ouvert mon cœur aux mots d’ailleurs,

Et ce fût toi...

Ma tâche de Joie.

03:33 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (2)

02/10/2008

écho 19.

Je lis et je défie la discontinuité de la vie à travers tous ces dits.

Je dénoue et me renoue à ces bouts épars du nous.

Je m’immisce et je glisse dans ces drisses qui dérivent au gré de mes clics.

 

Les bits en peinture.

Papillons éclos dans les voiles d’une harpe.

Chant à plat, à nues.

 

La Vie en sculpture.

Chaleur-douceur au creux de mes mains pleines.

Danse de la terre et du ciel.

 

Acter la conscience d’être...

Je suis à genoux.

05:20 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2008

soirs et matins

Bouton éclos,

Nid de pétales,

Roses et mers froissées.

Lame de ciel,

Vague de terre,

Murmures et regards

Au creux des mains levées.

La vie c’est cela,

La vie sait tout ça.

Soirs et matins,

Equilibre d’abîme...

05:22 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2008

ti cardinal

cardinal_foudia_madagascariensis_01.JPG

- Bonjour ti cardinal ! Suis contente, tu es revenu dans mon ciel. Tu vois, je t’attendais, mon cœur est si plein de doutes. Dis moi, toi qui parles avec le ciel, dis, c’est quoi l’essentiel ?

images.jpg

- Vivre ? Bon, vivre ! Mais, dis, c’est quoi vivre ?

- Oh! tu t'envoles déjà!

 

05:17 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (1)

24/08/2008

pour Joseph.

Tam-tam roulér

I crèv mon kér

I fich silence dann mon coco.

In dalon mi koné pa i sa va...

Et brûle le sang du monde.

Matin safran-sucré,

Ti-zoiso oranger

Tout sak i pé

I raconte a mwin son zistoir,

Son doulér, son l'espoir.

In dalon i sa va

Dann pays la lumière.

In dalon i sa va éclaire la Vie

Dann mon mémoire.

 

"Oté, Madina, prèt à mwin ton grèg

Na ankor la Vie pou fé couler! »

 

Bonne Vie, Joseph!

Bonne Vie au pays de lumière et d'eau claire...

07:25 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

20/08/2008

le pain et la parole

Je me compose à son regard.

Ses mains dénudent

Mon âme de nulle part.

Vol immaculé des oiseaux 

Dans l’enchantement de l’air...

La lune porte-ciel

M’appelle à la lumière,

Et le jasmin brûle mon cœur

De son aurore sucrée.

Je suis feu, je suis danse,

Perdue pour le monde.

Par le pain et la parole...

Enfin vivante !

06:06 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (5)

13/08/2008

écho 16.

 

Dentelle d’opale,

Cristallisée, minérale.

Regard captivant parole,

Chair témoignant pain,

Eau vivante en mes mains...

Divine alchimie devinée

De la pierre lampée comme rosée.

D’où vient la joie quand le bleu murmure sa ronde?

05:42 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (5)

26/07/2008

écho 16.

L’attente est danse de jade.

Déployer ses pétales,

Réveiller hampe nacrée,

S’offrir à la lumière.

 

L’attente est œuvre d’orfèvre.

Broderie d’écume,

Tige sucrée de l’espérance,

Marque sacrée de la délivrance.

 

L’attente est tendre elzévir.

Travail méticuleux et fier,

Vie fragile calligraphiée

Au cœur de mes mains.

04:30 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2008

" like a bird on wire..."

Pain-boule au cœur

Gréé d’insatiable faim

Ancrée au creux des reins.

Appel carillon, halo sucré,

Résonances aigue-marine,

De deux cœurs assoiffés.

Plumes arrachées au destin.

Pain-boule au cœur...

Une petite âme barbouillée,

Dé ti zam farfouillés,

Dé ti zam kosté.

 

18:22 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (1)