Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2008

balade.

502046469.jpg
 

Je fais le tour de ma maison.

Lacs profonds, vallées joyeuses,

Source fleurée, écho poivré du vent...

Ma maison est ton visage.

Pourquoi irai-je voyager au loin ?

07:21 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (5)

moringue

1953567862.jpg

Deux corps s’élancent,

Torse contre torse.

Deux cœurs résonnent,

Conte pour légende.

Deux âmes se saluent,

Ombre et Lumière.

Sang-rouleur puise chant de la terre.

Etincelles irriguées de soleil,

Dansent en ailes de papillon,

Aube de l'humanité.

 

28/04/2008

et demain sera bleu...

L’espérance a goût de cèdre

Tabernacle de ta parole inachevée.

Tu m’as donné l’amer des hommes

Et je me suis noyée.

Cube d’ébène sur ma langue,

Serre encore un peu plus mes chaînes

Que je ne m’envole pas.

L’espérance imaginée

File mon âme au gré des lames.

Et demain sera bleu...

05:04 Publié dans la forêt | Lien permanent | Commentaires (1)

27/04/2008

pommes d'or

 

1417755317.jpg

Dame Souris s’est posée

Dans les bras de Monsieur Chat.

Cardinal, haut perché

Sourit de tout ses yeux.

D’aube ocre, d’herbe bleue,

Il connaît d’autres jeux.

L’action, la grâce et la pensée

... et la faim en ma main,

Pommes d’or sur le chemin.

Dame Souris s’est posée

Dans les bras de Monsieur Chat.

Ainsi sonne le glas

De l’univers sot et fat.

 320946277.jpg

25/04/2008

écrire...

Etre plume à défaut d’être oiseau.

24/04/2008

regard.

Dans son combat contre le temps

La lune a perdu son menton.

Masque ou loup, aux yeux perçants,

Signe de l’amour libre assurément,

Dans un ciel sans fronton !

23/04/2008

écho 13

La lune s’affiche, transparence du ciel vide.

Parure inutile...

Aller voir derrière, couleurs qui fibrillent.

Aller...

A l'encre bleue de tes mots

Puiser volcan ouvert.

05:46 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2008

le mendiant.

Il s’acharnait à tout va,

Creusant rouge à tour de bras,

Puisqu’enfin il possédait.

Ombre de ce qu’il voulait.

Ombre de ce qu’il faisait.

 

Ombre s’est envolée !

 

Contraints par ses cris

De bête aux abois,

Les hommes de loi,

Les femmes de foi,

N’ont pas capté

Le seul regret attaché

A ses yeux hallucinés :

N’avoir fait perdurer

Battoir en ses mains,

Butoir à sa colère.

 

Pitié de l’humanité !

 

Dans sa main tendue,

Pitoyable et affamée,

J’ai craché l’obole.

Et un regard de feu,

A lavé nos âmes.

20:22 Publié dans la forêt | Lien permanent | Commentaires (0)

Les mots à dire...

Les mots à dire viennent du trop plein d’amour, pas du manque.

Et peu importe les barrages, les embouchures, les détours et les déserts. Faut bien qu’il y ait une source pour que l’eau s’écoule.

Contempler le ciel ou regarder le monde, mais retrouver et se présenter à sa source, toujours assoiffé et à jamais comblé.  

Goutte fragile ou torrent, colorée ou toute claire, cette eau là est vive... juste vive à déborder en mots partagés.

 

05:01 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (3)

16/04/2008

écho... encore.

J’ai vu la mort, et je te l’ai montrée.

J’ai vu la folie et je te l’ai montrée.

J’ai vu la souffrance, la rancœur, l’ignoble et la peur...

Tu n’as retenu que la danse de mes mots sur tes yeux.

Tu n’as pris que la douceur retenue de mes mains sur ta peau.

Je peux vivre à présent.

05:02 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (2)

12/04/2008

la rose en ma main.

La rose en ma main, est épine.

Le papillon en ma main, est poussière.

Le chant de l’oiseau est coupe de Vie.

Ni je l’approche, ni je le cueille.

Il entrelace le vent, racine mon âme.

Deux corps fondus accrochent la nuit,

Distillant en silence l’aube bleue.

Je ne le sais pas encore,

Mais c’est accompli.

C’est ainsi qu’il me dit...

‘Attends-moi, je suis ta voix !’

06:25 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2008

écho-sourire

La lune s’arc-en-cièle

Dans un chant d’étoiles.

Ma joie vient de là,

Ma joie me porte là-bas.

 

L’aube est rose,

Et mon cœur se pose.

Plus de fronde où se battre,

Juste temps pour s’ébattre.

 

Petit jour s’en vient

Chatouillant mes mains.

Et plonger dans le monde,

Pupilles cadençant la ronde.

 

Et encore un matin, devenu aurore...

06/04/2008

j'attends mon amoureux...

1791053882.jpg
  Nu se coiffant, 1975. Dairac.
 

J’attends mon amoureux…

Faut que je lisse un peu mes cheveux.

Lever tous les éclis de ma tête.

Et poser enfin mon dernier cri de bête,

Etouffé à m’étrangler l’épinglette,

Pour vous faire joyeux.

Il se peut même que j’oublie un peu…

 

Outre remplie de feintes amitiés,

Tu n’es que pale-toqué

Endimanché de nombrilisme.

Je crache sur tes pardessus d’ombres

Comme sur tes clartés escroquées,

Astiquées contre murs sombres.

Mon poing levé de solitude

A dépouillé l’être bafoué

A l’horizon de tes certitudes.

Et  j’avale la pluie de tes souillures,

Et je vomis ce morceau de mon cerveau

Et je m’en fous et je m’en vais

Pour que mon ciel redevienne pur.

(les mots hurlants, septembre2007- avril 2008- kintana)

 

p.s. :

‘mauvaise, té ! j’le savais !’ 

je vous donne le la,

conjuguez-le tant que vous voulez,

vous ne ferez pas pire que moi !

;-) 

 

05/04/2008

Il m'a dit...

 

1725327243.JPG
          Réveil sur Mafate. Merci Chloé…

 

Il ne m’a pas dit ‘Soumets toi à ma Loi’!

Il a dit, ‘Plonge dans la Joie’.

La preuve :

Cardinal en saluant le matin,

M’a cueillie en chemin !

05:40 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2008

.........

1462558630.jpg

Oh! lé tout plein d'lo le zoizo !

03/04/2008

écho 12

 

 

2129780383.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux petites mains jointes en coupe
m’ont offert la lumière,
bien plus sûrement que le doigt qui la pointe.

Etincelle entre voir et recevoir ?

 ‘Laissons, laissons, entrer le soleil...’

Je reçois la Vie à chaque instant qui coule.

Que mon cœur soit ouvert pour l'accueillir.

04:31 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (5)

29/03/2008

chrysalides

De ses mains jointes, elle a fait une cathédrale.

Il a croisé par dessus les siennes,

et une colombe s’est envolée.

Alors, dans leurs cœurs abandonnés à l’aube,

ils ont contemplé l’union de la terre et du ciel.

Puis, ils sont morts.

08:01 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (3)

si je savais chanter ...

Si je savais chanter comme cardinal, je dirai...

 

Je te reconnais, mon amour,

Comme creux de l’agora où pousseront mes ailes.

Je te choisis, mon amour,

Comme sceau de ma Liberté.

Mais je suis déjà loin de toi, mon amour,

Puisque je t’aime.

Puisse-tu en faire de même.

06:23 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (0)

27/03/2008

lever

Extirper du fin fond de l’océan,

Coquillage ambré de soleil levant,

Dévoiler à l’écume sa peau de nacre,

Ouvrir son cœur au diapason de l’univers,

Fondre d’or la goutte de rosée révélée,

Et dans la nudité de son âme,

Ecrire, sans fioritures, sans ratures...

Je vous aime.

03:03 Publié dans la source | Lien permanent | Commentaires (8)

20/03/2008

petite madame

Petite madame, j’ai vu, tu sais,

La dentelle de peau à ton poignet.

J’ai vu le cœur-bobo

Lestant ton épaule nue.

J’ai vu tes doigts perlés,

Rouge-sang écaillés…

Ecaillés comme ton âme

Posée au coin de mon bureau.

Et toi, petite madame, as-tu reçu

Le feu caresse de mes yeux

Sur tes plaintes trop délavées ?

Dis, as-tu senti ta colère cloîtrée

Frissonner, bondir et ricocher

Et me sourdre en cris creux ?

Non, petite madame, non !

Plus de sœurs, de foutre souillées !

Plus de terreur murmurée !

Te faire hurler, je le veux !

Ils t’entendront bien ces malotrus,

Ces  vauriens, ces moins que rien !

Ils t’entendront bien, ces chiens,

Si à ta voix j’ajoute l’oriflamme

De ma colère fanée au confort de mes jeux!

Et ouvrir les écluses et griffer l’eau

De toutes les armes en sursis

Au fond des cœurs meurtris…

Je suis pour la libre circulation

Des biens et des idées…

Et de l’Amour aussi, bécali !

19:02 Publié dans la forêt | Lien permanent | Commentaires (2)